Halloween à Kangiqsualujjuaq

Le soir d’Halloween, à Kangiqsualujjuaq, je me suis rendue au concours de costumes qui avait lieu au centre communautaire. Ici, c’est une chose sérieuse : il y a 1000$ pour celui qui aura le 1er prix, 800$ pour le suivant, et ainsi de suite jusqu’à 50$, alors ceux qui participent prennent beaucoup de soin à fabriquer leurs costumes. Ceux qui participent au concours se rendent au centre du gymnase et dansent en rond sur des hits, pendant que la foule est assise autour et dans les gradins. Les juges sont au centre du cercle. Tout le monde scrute les costumes effrayants. Et, au milieu des personnages de films d’horreurs, de chasseurs damnés, de créatures de la toundra, et de fantômes et sorcières, trois costumes ont particulièrement attiré mon attention. Le premier, sur son vélo customisé en moto cross, un panneau avec écrit « annoying young biker », qui a beaucoup faire rire les aînés. Le second, était une « party house » (une maison où les jeunes se rendent quand ils sèchent l’école et où ils peuvent trouver alcool et drogues) : le costume était une maison en carton, avec un écriteau « halloweed, weed at night ». Et le troisième était un déguisement de mère alcoolique : un faux bébé dans l’amauti, des cannettes de bière en ceinture et un pack dans les mains, avec une démarche titubante.

 

Dans un article concernant Halloween aux USA, Jack Santino (1983 : 15) écrit : « These forces [death, evil, chaos] threaten the security and the stability of everyday life and the family unit, and it is through the symbolic representation of and the playing with these symbols that death takes its place as a part of life, a natural art of everyday life. Life versus death is the conflict ; death in life is the rationalization, the mediation. Fears are formalized, somewhat playfully, and are taken out from under the bed, confronted, accepted, and incorporated into daily life. » C’est donc en tant que représentation des menaces à la sécurité et la stabilité de la vie quotidienne et de la famille que ces trois costumes prennent toute leur place dans la parade. J’ai aussi pu constater que tous les participants sont masqués (suspension de l’identité), et seulement quand un individu gagne un prix il se démasque et son nom est annoncé au public.

J’ai essayé de poser quelques questions concernant la figure du fantôme, sans grand succès. En effet, la représentation de la personne et la relation à la mort étant différentes chez les Inuit qu’aux USA (je prends l’exemple des USA parce que c’est là que la rencontre entre les traditions d’Halloween irlandaises venues avec la grande vague d’immigration du 19e s. aux USA et les croyances existantes concernant la sorcellerie ont donné forme à Halloween tel qu’on le connait aujourd’hui selon Santino (1983 : 13)), moi ça ne me paraît pas évident qu’un fantôme soit un symbole qui ait du sens ici. Et je n’ai pas pu identifier aussi les costumes que j’ai appelé plus haut les créatures de la toundra. Et donc comprendre tous les symboles de ce qui fait peur.

Donc, pour moi Halloween au Nunavik laisse pas mal de points d’interrogation. Mais le côté positif c’est que j’ai mangé des bonbons !

 

Bibliographie

Santino, Jack. “Halloween in America: Contemporary Customs and Performances.” Western Folklore, vol. 42, no. 1, 1983, pp. 1–20. JSTOR, www.jstor.org/stable/1499461.

Citer ce billet : Chloé Le Mouël, "Halloween à Kangiqsualujjuaq," in Qilak, 23/12/2019, https://qilak.hypotheses.org/450.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.