Extrait de journal de terrain #1

Les noms ont été remplacés par des lettres, par ordre alphabétique et par ordre d’apparition des personnes dans le texte, afin de préserver l’anonymat. Le reste du texte est issu tel quel de mon journal de terrain.

Lundi 24 février 2020

9h05, j’arrive à q. Il y a A. et B. qui fument dans le porche. Je leur dit bjr comment ça va en inuktitut, elles me demandent comment je vais et je rep en inuktitut. Je rentre. Elles me suivent. Café dans le nirivik. On parle un petit peu. C. arrive. Elles se dispersent. Je fais la vaisselle. D. arrive entre temps. D. vient dans la cuisine me demande comment était mon we. Je lui demande le sien. Je dis migraine. Elle dit que la maladie (migraine ou autre ?) est around en ce moment. Plus tard elle me dit que hier sa mère a été medevac pour migraine. Autour de l’ilot avec D, et le garde, je demande si il s’est passé qq chose (j’ai l’impression que E. a un pb, pas venue,… ). Elle voit pas ce que je veux dire.  Je dis qu’il ya une ambiance sad. Elle dit que c’est l’absence de F.. Puis arrivent autour de l’îlot G., A., B.. On parle de différentes choses. Je m’appuie sur les bras sur l’ilot pour être à la même hauteur et posée comme une inuit. (Ds la rue je regarde la démarche, ici je me pose sur les tables !) H. tel pour savoir si ya des habits a donner. Qd le tel sonne la 1re personne regarde le tel, rigole et passe à sa voisine. Idem la suivante, tt le tour de la table jusqu’à moi. Rires. G. décroche. Elles me disent ensuite que c’est pcq H. parle bcp ! Plus tard, D. demande si je suis deja allée on the land, si ya l’hiver chez moi.

=> quelques thèmes abordés ici : techniques du corps, spatialisation des conversations, représentation de la maladie, Nuna, langues, etc

Citer ce billet : Chloé Le Mouël, "Extrait de journal de terrain #1," in Qilak, 30/06/2020, https://qilak.hypotheses.org/470.

Halloween à Kangiqsualujjuaq

Le soir d’Halloween, à Kangiqsualujjuaq, je me suis rendue au concours de costumes qui avait lieu au centre communautaire. Ici, c’est une chose sérieuse : il y a 1000$ pour celui qui aura le 1er prix, 800$ pour le suivant, et ainsi de suite jusqu’à 50$, alors ceux qui participent prennent beaucoup de soin à fabriquer leurs costumes. Ceux qui participent au concours se rendent au centre du gymnase et dansent en rond sur des hits, pendant que la foule est assise autour et dans les gradins. Les juges sont au centre du cercle. Tout le monde scrute les costumes effrayants. Et, au milieu des personnages de films d’horreurs, de chasseurs damnés, de créatures de la toundra, et de fantômes et sorcières, trois costumes ont particulièrement attiré mon attention. Le premier, sur son vélo customisé en moto cross, un panneau avec écrit « annoying young biker », qui a beaucoup faire rire les aînés. Le second, était une « party house » (une maison où les jeunes se rendent quand ils sèchent l’école et où ils peuvent trouver alcool et drogues) : le costume était une maison en carton, avec un écriteau « halloweed, weed at night ». Et le troisième était un déguisement de mère alcoolique : un faux bébé dans l’amauti, des cannettes de bière en ceinture et un pack dans les mains, avec une démarche titubante.

Continuer la lecture

Préparatifs #2 : santé

1. Vaccins

Vérification des vaccins obligatoires en France chez ma médecin généraliste, et rappel du DTP pour lequel j’étais en retard. Diphtérie, Tétanos et Poliomyélite n’ont qu’à bien se tenir maintenant ! Rendez-vous pris dans le Centre de Vaccinations Internationales des Hôpitaux de Strasbourg pour vérifier si d’autres vaccins sont nécessaires.

En chemin vers le CVI, Pharmacie des Hôpitaux Universitaire de Strasbourg datant de 1537.

Continuer la lecture

Préparatifs #1 : matériel de croquis

Février 2017, Inukjuak, séance de croquis en extérieur par -25°C, mon feutre a gelé. Ok, leçon retenue. Cette fois je prévois une trousse avec des feutres à alcool : jusqu’à quelle température résistent-ils ?? J’ai aussi prévu des fineliners qui résistent aux feutres à alcool, et à la pression de l’avion. En plan B, mes crayons de couleurs sont prêts. Mes feutres bleu et rouge à pointe fine avec lesquels je suis le plus à l’aise pour les croquis seront aussi dans mon sac, mais seront réservés à une utilisation en intérieur. Crayons à papier.

Côté carnet : format A4 pour avoir de la place, papier épais pour résister aux feutres, couverture rigide pour le protéger, anneaux pour le rabattre complètement, papier lisse et blanc qui convient bien aux dessins dans les teintes froides. Et un carnet format A5, fin, qui se glisse plus facilement dans un sac.
Inukjuak, old water tank

Une femme est un foyer : Qumaq / Sebbar

Un texte de Leïla Sebbar paru dans un numéro d’étoile d’encre, revue de femmes en méditerranée, fait écho à un passage d’un ouvrage de Taamusi Qumaq. L’une parle des maisons françaises, le second des maisons inuit :

« Une maison, c’est une femme.
Chaque femme est une maison, sa maison qu’elle fabrique comme elle se fabrique un corps, son corps, ses gestes, amour, pouvoir, violence. »

(Sebbar 2013 : 66)

« Une femme est un foyer. Elle préside à tout dans la maison. […] Une maison silencieuse est sans joie, et l’on n’a pas de plaisir à y rentrer. »

(Qumaq :130)

Continuer la lecture

Il n’existe pas de mot en inuktitut pour dire « espace » : Dialogue entre un concept occidental et l’épistémologie inuit

Communication dans le cadre des 5es RENCONTRES DOCTORALES EN ARCHITECTURE ET PAYSAGE, 11-12-13 septembre 2019, Ici par ailleurs L’international en question

Introduction

Ma recherche doctorale porte sur la constitution de l’espace dans les maisons de la famille inuit[1] au Nunavik, territoire au nord du Québec. Ces centres communautaires inuit ont pour but d’outiller les familles dans des villages autochtones touchés par d’importants problèmes sociaux. Pour mener à bien mon projet, je suis inscrite en cotutelle entre la France et le Québec. Je dois donc m’inscrire dans deux cultures de recherche différentes. L’objet de ma recherche tient quant à lui de l’altérité radicale. Comment ces deux aspects ont influencé la construction de mon cadre théorique ? Lors de cette communication je traiterai d’abord de la décolonisation la recherche comme attitude de recherche en France et au Québec, puis du rapport des Inuit au savoir et à l’espace, que je mettrai en dialogue avec les travaux sur l’espace de la sociologue allemande Martina Löw.

Continuer la lecture

Examen de doctorat

Extrait du Guide de cheminement pour les études de doctorat en anthropologie, Département d’anthropologie, Faculté des sciences sociales, Université Laval, Québec, Canada.

L’Examen de doctorat

Le troisième cours obligatoire, ANT-8007 Examen de doctorat (Règlement des études, article 120) est également réalisé sous la supervision de la direction de recherche et, le cas échéant, de la codirection ou du comité, qui doit avoir approuvé préalablement la version qui sera ensuite soumise à un jury, nommé « le comité élargi ».

Ce texte approfondi doit montrer en quoi le sujet choisi :

  • contribue de façon originale à la discipline;
  • fait la preuve de la valeur scientifique de la démarche, tant théorique que méthodologique;
  • confirme que le projet envisagé possède suffisamment d’envergure pour déboucher sur une thèse de doctorat;
  • signifie clairement que la personne est prête à amorcer l’enquête de terrain;
  • peut être réalisé à l’intérieur du calendrier prévu.

Mon document d’examen de doctorat est disponible ici

Contribution pour le sismographe

Contributions pour l’exposition thématique « Glossaire SENSible », du projet Sismographe porté par l’association GENius Loci.

Dans le cadre de la démarche prospective Genève 2050, Le Sismographe propose un évènement le 16 avril 2019 un événement «Glossaire SENSible» qui rassemblera performance artistique, ateliers participatifs et exposition thématique. Porté par l’association GENius Loci, le Glossaire SENSible est un outil d’appropriation et de décryptage du territoire. Au delà d’un simple lexique, il a pour ambition de faciliter la compréhension mutuelle, interdisciplinaire et transfrontalière

Le croquis ethnographique, du regard au trait sur le papier

Article publié dans la Revue d’Allemagne 50-2, décembre 2018

Référence électronique

Chloé Le Mouël et Lucille Maugez, « Le croquis ethnographique, du regard au trait sur le papier », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 50-2 | 2018, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 25 février 2019. URL : http://journals.openedition.org.acces.bibl.ulaval.ca/allemagne/856 ; DOI : 10.4000/allemagne.856

https://journals-openedition-org/allemagne/856

Résumé

Un atelier de croquis ethnographique sur le thème « Le corps dans l’espace » a été mis en place, sur une initiative étudiante, à l’Institut d’ethnologie de l’université de Strasbourg au courant de l’année scolaire 2016-2017. Cet article est un retour d’expérience de cette activité. Il reprend et prolonge certaines réflexions menées par le groupe autour de la question du dessin comme mode de production du savoir valide. Afin de construire un outil adapté à nos besoins, l’atelier a été nourri de méthodes issues des arts plastiques, de l’architecture et de l’archéologie. Le croquis ethnographique est d’une part un regard spécifique sur le monde, une habilité visuelle exercée par le chercheur. D’autre part, il est un outil de communication, servant à transcrire une expérience vécue et portant en lui les hypothèses d’analyse qu’en fait le chercheur.

An ethnographic sketch workshop on “The Body in Space” was set up, on a student initiative, at the Institute of Ethnology of the University of Strasbourg during 2016-2017. This article is a feedback from this activity. It takes up and extends some reflections led by the group around the question of drawing as a valid mode of production of knowledge. In order to build a tool adapted to our needs, the workshop was nourished with methods from the visual arts, architecture and archeology. The ethnographic sketch is on the one hand a specific look at the world, a visual skill exerted by the researcher. On the other hand, it is a communication tool, used to transcribe an experience and carrying in it the analysis hypotheses made by the researcher.

La morphogenèse d’Inukjuak, village inuit du Nunavik

Texte d’une communication donnée lors du séminaire « Le colonialisme et ses legs » / 30 avril 2018 / Département d’anthropologie, Université Laval, Québec

Inukjuak (Le Mouël, 2017)

En février 2017, j’ai accompagné une équipe d’étudiants en maîtrise et d’enseignants-chercheurs de l’école architecture de l’Université Laval du partenariat de recherche Habiter le Nord Québécois (CRSH 2015-2020), à Inukjuak au Nunavik, sur l’invitation de cette communauté. Ce voyage avait pour but de soumettre aux habitants et aux représentants institutionnels différents projets d’architecture et de design urbain des étudiants pour que ces derniers aient un retour critique sur leurs projets d’une part et pour enrichir le débat concernant l’urbanisme d’Inukjuak d’autre part. Continuer la lecture

Ressources en ligne à propos du doctorat

Ci-dessous, quatre ressources pour savoir à quoi ressemble le quotidien des doctorants, pour savoir dans quoi on se lance avant de commencer un doctorat, pour savoir qu’on n’est pas seul face à de nombreuses questions en cours de doctorat, pour avoir de bons conseils et de bonnes idées, et pour procrastiner utilement !

Continuer la lecture

Dessinateur de maisons virtuellement fabriquées

En passant

« À propos, j’ai vérifié, il n’y a vraiment aucun mot d’usage courant pour désigner un architecte. Mais on peut inventer quelque chose comme “dessinateur de maisons virtuellement fabriquées”. C’est ce que je vois dans une base de données ouest-groenlandaises : arkitekti soit illuliassanik titartaasartoq. »

M.-A. Mahieu, communication personnelle

La maison de la famille au Nunavik, pratiques spatiales au sein d’un équipement communautaire émergent

texte d’une communication donnée lors du Colloque étudiant Habiter le Nord Québecois / 4 mai 2018 / Québec

Je suis doctorante, et dans mon cheminement, j’en suis actuellement à la construction du cadre théorique de mon travail de thèse. C’est donc de certains aspects de ce cadre théorique que je vais vous parler aujourd’hui, notamment de l’articulation entre espace et social.

Les maisons de la famille existantes

Tout d’abord, une mise en contexte. Les Maisons de la famille sont des centres ressources dédiés aux familles. Ce sont des équipements mis en place par les communautés du Nunavik pour répondre à des défis sociaux auxquels elles font face, dans un contexte social marqué par les violences domestiques, les abus sexuels, les suicides, ou encore le placement d’enfants en famille d’accueil. Elles ont pour but de participer au mieux-être social en aidant et en outillant les personnes et les familles dans la prise en charge de leur bien-être et de leur autonomie. Elles offrent un soutien aux individus, à travers des programmes, activités et services, en accord avec les besoins, les aspirations, les désirs, la culture et les valeurs propres aux Inuit. Continuer la lecture