Préparatifs #1 : matériel de croquis

Février 2017, Inukjuak, séance de croquis en extérieur par -25°C, mon feutre a gelé. Ok, leçon retenue. Cette fois je prévois une trousse avec des feutres à alcool : jusqu’à quelle température résistent-ils ?? J’ai aussi prévu des fineliners qui résistent aux feutres à alcool, et à la pression de l’avion. En plan B, mes crayons de couleurs sont prêts. Mes feutres bleu et rouge à pointe fine avec lesquels je suis le plus à l’aise pour les croquis seront aussi dans mon sac, mais seront réservés à une utilisation en intérieur. Crayons à papier.

Côté carnet : format A4 pour avoir de la place, papier épais pour résister aux feutres, couverture rigide pour le protéger, anneaux pour le rabattre complètement, papier lisse et blanc qui convient bien aux dessins dans les teintes froides. Et un carnet format A5, fin, qui se glisse plus facilement dans un sac.
Inukjuak, old water tank

Le croquis ethnographique, du regard au trait sur le papier

Article publié dans la Revue d’Allemagne 50-2, décembre 2018

Référence électronique

Chloé Le Mouël et Lucille Maugez, « Le croquis ethnographique, du regard au trait sur le papier », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande [En ligne], 50-2 | 2018, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 25 février 2019. URL : http://journals.openedition.org.acces.bibl.ulaval.ca/allemagne/856 ; DOI : 10.4000/allemagne.856

https://journals-openedition-org/allemagne/856

Résumé

Un atelier de croquis ethnographique sur le thème « Le corps dans l’espace » a été mis en place, sur une initiative étudiante, à l’Institut d’ethnologie de l’université de Strasbourg au courant de l’année scolaire 2016-2017. Cet article est un retour d’expérience de cette activité. Il reprend et prolonge certaines réflexions menées par le groupe autour de la question du dessin comme mode de production du savoir valide. Afin de construire un outil adapté à nos besoins, l’atelier a été nourri de méthodes issues des arts plastiques, de l’architecture et de l’archéologie. Le croquis ethnographique est d’une part un regard spécifique sur le monde, une habilité visuelle exercée par le chercheur. D’autre part, il est un outil de communication, servant à transcrire une expérience vécue et portant en lui les hypothèses d’analyse qu’en fait le chercheur.

An ethnographic sketch workshop on “The Body in Space” was set up, on a student initiative, at the Institute of Ethnology of the University of Strasbourg during 2016-2017. This article is a feedback from this activity. It takes up and extends some reflections led by the group around the question of drawing as a valid mode of production of knowledge. In order to build a tool adapted to our needs, the workshop was nourished with methods from the visual arts, architecture and archeology. The ethnographic sketch is on the one hand a specific look at the world, a visual skill exerted by the researcher. On the other hand, it is a communication tool, used to transcribe an experience and carrying in it the analysis hypotheses made by the researcher.